Etre propriétaire d’une résidence secondaire au Québec: notre histoire

Le 30 juin 2018, nous sommes devenus propriétaires pour la première fois.

Qui eut cru que ça se ferait au Québec hein ? Et surtout, qui aurait cru que nous nous tournerions vers une résidence secondaire pour notre premier achat immobilier ?

Pourquoi le choix d’une résidence secondaire ?

L’envie d’être propriétaires est présente depuis bien longtemps. Nous avions même entamé des démarches lorsque nous vivions encore en France et que le Québec n’était qu’une possibilité lointaine. Nous sommes un peu (trop) exigeants et n’avons donc pas trouve chaussure à notre pied à ce moment-là.

Puis la suite vous la connaissez, nous avons pris l’avion direction Montréal.

Mon frère nous a hébergé les premières semaines et nous avons découvert à ce moment qu’il était possible d’acquérir une propriété au Québec avec un statut temporaire puisqu’il s’est acheté une maison moins de 3 mois après son arrivée.

Ce n’était pas dans nos plans à notre arrivée puisque contrairement à lui, ni Cédric, ni moi n’avions de travail en arrivant de France et nous préférions voir si la vie au Québec nous plaisait avant de s’engager dans quelque chose d’aussi conséquent.

Nous étions bien dans notre petit appartement, bien que très sombre, il était très calme puisque la propriétaire vivait seule a l’étage et avait son cabinet sur notre gauche, tandis qu’un atelier de poterie était sur notre droite. Il était très bien placé par rapport à nos boulots, nous permettait de nous y rendre à pieds ou à vélo (pour moi) et en métro (pour Cédric) en très peu de temps. Et il était aussi très bien situé dans un quartier que nous affectionnons beaucoup, a proximité de nombreux centres d’intérêt.

Ça s’est compliqué quand l’immeuble s’est vendu et que nous avons eu des voisins au-dessus et sur le côté gauche. Entre le chien qui aboie toute la journée et les coloc du dessus qui s’engueulent à tout va, je commençais à saturer. Il faut savoir que ma tolérance au bruit est proche de zéro et que je perds mon calme très facilement…

De plus, je le disais plus tôt mais l’appartement est très sombre, si bien que même avec un grand soleil dehors, il faut absolument allumer les lumières pour voir quelque chose.

Nous avons donc commencé à nous renseigner pour déménager et quitte à déménager, pourquoi ne pas acheter plutôt que de jeter notre argent dans un loyer ? Bon le souci était que nous travaillions tous les 2 sur Montréal, l’idéal était donc de continuer à vivre sur l’île. Nous avions des critères assez élevés, à savoir, être proche d’un métro, avoir un extérieur, 2 chambres séparées et si possible au dernier étage.  En 2018, les prix immobiliers étaient déjà fous, les appartements partaient comme des petits pains et souvent bien au-dessus de notre budget.

Nous avons donc fini par tirer un trait sur cette option et avons réfléchi a l’achat d’une résidence secondaire ou aller s’aérer en pleine nature les weekend.

Bien que nous ayons pas mal la bougeotte, nous étions loin de connaitre tous les coins sympathiques du Québec  pour acheter une résidence secondaire. Nos premiers critères ont été les suivant : être à 1h30 max 2h de route de Montréal, avoir au moins une chambre et être proches d’un lac ou d’une rivière.

Nous avons commencé nos recherches avec ces critères et avons débuté nos visites en avril dans les Lanaudière en passant par le site DuProprio.

C’est là que nous avons découvert l’existence des chalets 3 saisons, c’est-à-dire sans chauffage. Autant vous dire, si vous avez déjà côtoyé le climat du Québec, ces chalets sont plutôt viables pour 1 saison ½ que pour 3 …

Ensuite, nous avons constaté que le fait de passer directement par les propriétaires n’était pas la meilleure des idées puisqu’un propriétaire trouve toujours que sa maison est la plus belle et que les travaux qu’il a réalisé de ses propres mains sont tops, ce qui n’est clairement pas le cas.

Enfin, nous nous sommes rendu compte qu’il devenait indispensable de choisir un endroit spécifique plutôt que de rester sur notre rayon autour de Montréal si nous voulions arriver à quelque chose.

Une collègue, qui depuis est devenue une amie, qui habite Montréal depuis 10 ans et qui a sillonné le Québec en long en large et en travers avec son conjoint, nous a parlé de la commune de Saint Donat. Leur discours nous a convaincu, si bien que nous avons organisé plusieurs visites sur place avec des agences immobilières pour découvrir le village et voir si le lieu pourrait nous convenir.

Banco. A la fois pour le lieu, mais aussi pour le fait de passer par des professionnels. En effet, même si Cédric a travaillé dans l’immobilier en France, les choses ne se passent pas tout à fait de la même façon ici. Le fait de discuter de son projet avec une personne qui connait le coin et comprend ce que vous cherchez est un gain de temps considérable.

Nous avons donc appris beaucoup de choses à l’aide des courtiers que nous avons rencontré et avons fini par trouver ce que nous recherchions.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s